Réaliser une étude de sol : tout ce qu’il faut savoir

Réaliser une étude de sol : tout ce qu’il faut savoir

- dansAvant de construire
1185
0

Les fondations d’une maison doivent être conçues pour dépasser la durée de vie du bâtiment. Elles doivent également pouvoir supporter d’éventuelles transformations… C’est pourquoi elles sont capitales. Réaliser une étude de sol vous permet donc de savoir quel type de fondations est le plus adéquat pour votre terrain.

sol

Les différentes méthodes

Pour réaliser une étude de sol, deux méthodes sont envisageables : le forage mécanique et le forage manuel.

Afin de choisir la plus adaptée, il est important de bien connaître les caractéristiques du sous-sol :
• Nature, épaisseur et caractéristiques mécaniques des couches
• Éventuelle présence d’une nappe phréatique

À savoir : Vous pouvez obtenir ces informations en contactant votre administration communale.

Le forage manuel

Cette méthode est choisie si le test est réalisé à une faible profondeur et que le sol n’a pas été remanié récemment.

Le forage mécanique

Ce principe est utilisé pour les forages en profondeur. Il permet d’analyser le sol jusqu’à la couche dure.

 

Le rapport

Lorsque l’étude de sol est réalisée, la société vous remet un rapport. Celui-ci doit contenir :
• Un schéma de situation indiquant les endroits et niveaux des forages.
• Un tableau présentant les résultats des forages.
• Une description et une analyse des couches du sol.
• Une carte avec l’emplacement des nappes phréatiques.
• Une conclusion sur les travaux à entreprendre (construction de fondations ou stabilisation).

 

Les techniques à appliquer en fonction des résultats

Selon la qualité du sol, le budget et l’urgence des travaux, plusieurs techniques de création/stabilisation de fondations sont possibles…

La semelle filante

La technique de la semelle filante peut être utilisée pour les habitations construites sur un terre-plein, une cave ou un vide ventilé. L’important est que la colonne de béton repose sur une couche stable.

Généralement réalisées en béton non-armé, les semelles filantes sont posées sur une dalle de béton armé. Il existe également des semelles en silico-calcaire ou en brique de sable. Bien que plus écologiques, elles ne sont pas souvent utilisées.

Les dimensions de la colonne de béton varient entre 40 et 60cm de large. Quant à la dalle stabilisatrice, elle a une épaisseur de 12cm.

À savoir : Cette technique est la moins chère du marché

 Le radier

 

Le radier est une plaque rigide en béton armé qui permet à l’habitation, en cas d’affaissement, de bouger en un seul bloc. Cela réduit donc le tassement et le nombre de fissures.

Si vous optez pour cette technique, vous devrez faire appel à un expert en stabilité. Celui-ci déterminera l’épaisseur du radier en fonction de la nature du sol et du type de maison.

Idéalement, le radier se place sur des sols à faible portance.

Côté écologie, le béton armé n’est pas très recommandé mais il procure une grande solidité…

Les fondations sur puits

Les fondations sur puits sont utilisées si le sol porteur se trouve à plus de 120cm de profondeur.

Les puits sont creusés aux endroits où les charges de l’habitation sont les plus fortes, à savoir les coins et les intersections en T.

Les puits sont creusés jusqu’au sol porteur. Le diamètre de la colonne peut varier entre 80 et 150cm.

Une fois remplis de sable stabilisé ou de béton, les puits sont recouverts d’un quadrillage de poutres en béton armé.

À savoir : Le coût de cette installation peut être très couteux.

Les fondations sur pieux vissés

Un pieu vissé est réalisé à l’aide d’une colonne creuse au bout de laquelle est fixée une tête de fraisage. Lorsque la profondeur désirée est atteinte, du béton est injecté dans la colonne. Celle-ci se détache alors de la tête de fraisage et est retirée du sol par un mouvement rotatif.

Le nombre de pieux à placer est déterminé en fonction de la nature du sol.

À savoir : Il existe également des pieux en acier et en bois.

Les fondations sur pieux forés

Un trou est réalisé à l’aide d’un tube creux et d’une tête de fraisage. Une fois la bonne profondeur atteinte, la tête de fraisage est retirée et l’on rempli le tube de béton. Aucun espace n’est laissé entre le sol et le béton.

Le nombre de pieux à placer est déterminé en fonction de la nature du sol.

Le remplacement et la consolidation du sol

Lorsque la qualité du sol supérieur n’est pas satisfaisante, il est possible de la substituer ou de l’améliorer.

Les différentes techniques :
• Assèchement par drainage.
• Augmenter la densité du sol avec une couche à plus faible capacité portante (généralement des billes d’argex).
• Ajout de ciment ou de chaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *