Porte d'entrée rouge et perron entouré de verdure

Portes d’entrée : zoom sur les normes et labels en vigueur

Les portes d’entrées répondent à des normes et labels qui, s’ils ne sont pas obligatoires, sont fortement recommandés. Leur respect jouera un grand rôle auprès des compagnies d’assurance lors d’une effraction ou d’un incendie. Pour plus de sécurité et d’isolation, voici les normes et labels à connaître.

Le label A2P BP pour la résistance du bloc porte

Ce label a été créé par l’association conjointe des compagnies d’assurance et des organisations professionnelles. Plusieurs tests sont réalisés en laboratoire afin de déterminer la résistance du bloc porte. L’ouvrant, le dormant, la quincaillerie et le système de liaison avec la structure porteuse sont passés au crible par des experts.

Les portes d’entrée sont ensuite classées en 4 certifications, selon leur temps de résistance à l’effraction ou à l’arrachage :

  • 3 minutes de résistance face au cambrioleur : A2P Porte Vitrée
  • 5 minutes de résistance : A2P BP1
  • 10 minutes de résistance avant l’effraction : A2P BP2
  • 15 minutes : A2P BP3

A savoir : les simulations d’effraction réalisées en laboratoire se déroulent dans des conditions optimales dont disposent rarement les cambrioleurs. Le temps de résistance est donc probablement supérieur en situation réelle.

Mains gantées qui tentent de forcer une serrure
gettyimages.fr

Les normes A2P des serrures

Le bloc porte n’est pas le seul à répondre à un label. Les serrures sont également soumises à des tests de résistance pour déterminer leur robustesse. On leur accorde alors une, deux ou trois étoiles selon si elles tiennent 5, 10 ou 15 minutes avant la réussite de l’effraction.

Sachez qu’une porte A2P BP2 comporte toujours une serrure du même niveau, c’est-à-dire une serrure A2P**. Si vous souhaitez changer votre porte d’entrée, c’est donc l’option la plus recommandée.

La norme Euroclasse pour le niveau de combustion des matériaux

La norme Euroclasse est une classification européenne qui détermine la réaction des matériaux au feu. En France, on avait jusqu’alors la Classification M, légèrement plus souple. Alors que la norme française compte 6 niveaux de classification, l’Euroclasse en dresse 9.

Le principe reste néanmoins le même. Parmi les matériaux classés en A1, c’est-à-dire incombustibles, on trouve le verre, le plâtre, la chaux ou encore la brique. Il est par ailleurs possible d’allier deux matériaux pour la même entrée, comme avec les portes mixtes bois et alu. La qualité de l’aluminium sur la face extérieure protège alors le bois de la face intérieure, classé en D (équivalent à M3).

Personne avec main gantée qui a brisé le verre d'une porte d'entrée
gettyimages.fr

La norme EN 356 pour la résistance du vitrage de la porte

La norme EN 356 établit la résistance du vitrage d’une porte aux projectiles, à l’effraction et aux chocs. Le verre testé en laboratoire fait entre 6 et 10mm d’épaisseur. On lui donne ensuite deux des 8 classes existantes selon les résultats.

Pour la résistance au vandalisme (jets d’objets), la classification se réalise de P1A à P5A selon la hauteur de la chute de l’objet et le nombre d’impacts sur le verre. La résistance à l’effraction (chocs proférés à l’aide d’une hache ou d’une masse) regroupe quant à elle les trois catégories P6B, P7B et P8B selon le nombre de coups reçus.

Pour une sécurité optimale tout en gardant l’aspect design du produit, le mieux est d’installer une porte d’entrée en aluminium au vitrage classé P1A et P6B. Les établissements publics choisissent par ailleurs souvent ce type de porte car il fait un très bon coupe-feu.

Le choix de votre porte d’entrée ne doit donc pas être laissé au hasard. Avant d’acheter une porte, renseignez-vous auprès du vendeur en magasin ou bien lisez toutes ses caractéristiques si vous procédez à un achat en ligne. Notez également qu’il est préférable de respecter la norme sur l’accessibilité, qui définit la largeur nominale minimale de la porte à 0,90m par rapport à une largeur de passage utile minimale de 0,83m.

Auteur : Nicolas G.