Tout savoir sur les testaments

Par testament, amis internautes, vous pouvez partager votre patrimoine entre plusieurs personnes, tout en respectant la part minimale attribuée à vos héritiers réservataires.

 testament-229778_640

  • Le testament peut être olographe, authentique ou mystique :

Le testament olographe : Il doit être écrit en entier de la main du testateur. Il doit être daté et signé. (Cependant, le testament peut être détruit ou perdu. C’est pourquoi il peut être sage de le faire publier par l’intermédiaire de votre notaire, au  » Fichier central des dispositions des dernières volontés « ).
Le testament authentique : Également appelé testament notarié. C’est un acte reçu par un ou deux notaires assistés de deux témoins. Le testateur dicte au notaire son testament, le notaire l’écrit ou le fait dactylographier. Le testament est ensuite relu par le notaire, signé par le testateur et les deux témoins. En sa qualité d’acte authentique, ce testament fait foi.
Le testament mystique : Il peut être rédigé à la main ou à la machine par le testateur ou bien être rédigé par une autre personne. Il doit cependant être signé par son auteur. Il sera ensuite présenté sous pli cacheté et scellé, et remis à un notaire. Le notaire établit un acte de souscription de testament (acte rédigé par le notaire sur le testament lorsque celui-ci lui est présenté), soit sur le papier contenant le testament, soit sur l’enveloppe qui le renferme. L’acte est enfin signé par le testateur, les deux témoins et le notaire.

  • L’exécuteur testamentaire :

L’auteur d’un testament peut désigner un exécuteur testamentaire. Ce peut être un notaire ou un ami. Plusieurs exécuteurs testamentaires peuvent être désignés.
Le testateur indique dans le testament quels sont les pouvoirs qu’il confère à l’exécuteur afin que celui-ci puisse exercer sa mission.
La formule habituelle est la suivante :  » Pour veiller à l’exécution de mes volontés, je nomme M.(nom, prénom, adresse) comme exécuteur testamentaire et lui donne à cette fin les pouvoirs définis par les articles 1031 à 1034 du code civil. « 

Auteur : Nicolas G.