PVC et secteur sauvegardé : à quoi faut-il faire attention ?

Pour les fenêtres et les portes d’entrée, le PVC est un matériau plébiscité pour ses qualités esthétiques et pratiques. S’il s’accorde à différents styles architecturaux, il est reconnu pour ses propriétés isolantes et sa facilité d’entretien. Avant d’entreprendre des travaux d’aménagement, il convient de se renseigner sur les restrictions liées à l’urbanisme local. Quels sont les éléments à prendre en compte pour réaliser son projet sur un secteur sauvegardé ?

L’importance du plan local d’urbanisme pour ses projets d’aménagement

Que l’on souhaite améliorer l’efficacité énergétique de son logement ou l’embellir, il est nécessaire de consulter le plan local d’urbanisme (PLU) de sa ville. Celui-ci permet de s’informer sur les autorisations et les interdictions en matière d’aménagement, y compris sur des propriétés privatives.

Le PLU dépend d’une commune et est susceptible de varier, même sur un périmètre restreint. Dès lors, la pose d’une porte d’entrée en PVC peut être acceptée ou refusée. Dans ce dernier cas de figure, le motif doit être clairement établi. Il peut s’agir de l’impact sur l’environnement ou d’une politique d’aménagement spécifique.

L’objectif de préservation des secteurs sauvegardés

S’il s’agit d’un secteur sauvegardé, la réglementation peut se montrer d’autant plus stricte pour préserver le patrimoine naturel ou historique d’une zone classée. À cela s’ajoute une volonté de cohérence architecturale entre différents biens immobiliers, tout en considérant les espaces de proximité, ainsi que les édifices voisins. Sur l’ensemble du territoire français, on compte plus d’une centaine de secteurs sauvegardés, soit près de 800 000 personnes réparties sur environ 6 000 hectares. En règle générale, les propriétaires peuvent rénover leur bien, mais en utilisant les matériaux d’origine tels que le bois.

Fenêtres et portes d’entrée en PVC : un refus systématique en secteur sauvegardé ?

Pour savoir si la pose de fenêtres en PVC est autorisée, il convient de s’adresser au service de l’urbanisme de sa municipalité. En secteur sauvegardé, son autorisation est complémentaire à l’avis expert de l’ABF (Architecte des Bâtiments de France). Une déclaration préalable de travaux est nécessaire s’il y a changement de matériaux ou de type de menuiserie.

Malgré les performances techniques d’un matériau tel que le PVC, le refus des instances peut inclure un impact visuel « non adéquat ». Il s’agit vraiment d’une étude au cas par cas. À titre informatif, l’ABF n’est pas opposé à l’usage du PVC dans la mesure où il n’altère pas les qualités esthétiques du bâti et des autres habitats de la zone protégée en question.

Auteur : Nicolas G.